Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

un voyage d’études pour le renforcement des capacité des producteurs bénéficiaires du Projet AgroEco en matière d'Agro-écologie

Le projet projet AgroEco, une action qui contribue à répondre aux problèmes de crise de fertilité des sols dans la région des savanes

Dans le cadre du projet Intensification Agro écologique de la production agricole dans la région des savanes (Projet AgroEco), un voyage d’études a été organisé du 28 Septembre au 04 Octobre 2014, au Burkina Faso, au profit des producteurs/ trices des cantons de Niounkpourma, de Nandoga et Tami, bénéficiaires et partenaires à la fois dudit projet. Deux organisations ont accueillis cette mission à savoir l’Association pour la Recherche et Formation en Agro écologie (ARFA) et la Fédération des professionnels Agricole du Burkina (FePA-B).
Quinze producteurs dont 3 femmes ont pris part à ce voyage d’études dont l’objectif principal était d’échanger avec les différents acteurs de ces organisations sur leurs expériences et acquis/avancées (résultats probants) en matière de pratiques agro écologiques et de gestion durable des ressources naturelles.


Les activités du projet AgroEco ont démarré dans le courant du premier trimestre de l’année 2014. Il a été piloté et exécuté par le bloc AVSF [1]s-Inades-Formation Togo – UROPC [2]-Savanes et financé par l’Union Européenne.
Il contribue à répondre aux problèmes de crise de fertilité des sols dans la région des savanes et couvre deux préfectures, celles de Tône et de Tandjoarè. Cette région du Togo fait face à d’énormes situations critiques liées à la dégradations des ressources naturelles. d’où la nécessité d’adopter des pratiques agro écologiques correctives et préventives pour lui redonner un aspect viable.

"Lorsque l’on s’engage sur la voie d’adoption des bonnes pratiques agro-écologiques, et pour réussir, il faut être motivé, déterminé, endurant et un bon visionnaire"

Le voyage d’études s’est essentiellement déroulé en deux phases à savoir les échanges et les visites de terrains et sites. Ainsi, y a t-il eu : • Des rencontres et séances d’échanges avec les acteurs de l’ONG ARFA et la Fédération des Professionnels Agricoles du Burkina (FEPAB). • Des visites des sites présentant des bonnes pratiques et expériences réussies d’agro-écologie dans certains villages accompagnés par l’ONG et d’expérimentations.

Au vu de l’histoire, la vision, les stratégies, les acquis et les perspectives du parcours de ces organisations, et à l’issue des échanges, les participants ont compris que la promotion des pratiques agro écologiques n’est pas une action souvent bien perçue au début. Lorsque l’on s’engage sur cette voie et pour réussir, il faut être motivé, déterminé, endurant et un bon visionnaire car il arrive que certaines personnes pensent que ceux qui adoptent ces pratiques veulent freiner le développement du milieu.


Pour ce qui est des visites de terrain, plusieurs sites dont les fermes agro écologiques, champ écoles, périmètres maraîchers, une expérience de récupération des terres et de biodigesteur, centre de production de bio pesticides, la boutique des produits cosmétiques faits à base du beurre de karité et produits dérivés du miel et la miellerie de l’entreprise « miel du Gourma » ont été visités par la délégation. Ces visites ont permis de constater l’effectivité des résultats obtenus par l’adoption de pratiques agro-écologiques.


La mission d’échanges a permis de renforcer les capacités des participants et participantes sur les thématiques abordées (Gestion des Ressources Naturelles, Conseil à l’exploitation Familiale (CEF), gouvernance des Organisations Paysannes) et particulièrement à ces derniers de :

  • Toucher du doigt les réalités de leurs paires du Burkina Faso en termes de techniques, stratégies et acquis en matière de pratiques agro écologiques et de gestion durable des ressources naturelles surtout en matière de Conservation des Eaux et des Sol (CES) ; de Défense et Restauration des Sols (DRS), de production de la Fumure Organique en quantité et en qualité ; de l’importance de l’agroforesterie, de Régénération Naturelle Assistée (RNA),
  • Avoir une meilleure connaissance du Conseil à l’Exploitation Familiale (outils, approche méthodologique, avantages et points d’attention) ;
  • Avoir une meilleure connaissance de la mission, du rôle et des outils de travail d’un animateur endogène en agro écologie et d’un paysan relais en Conseil à l’exploitation Familiale ;
  • Identifier les opportunités et les contraintes des pratiques et techniques développées et tirer les leçons pour une meilleure gestion de leurs exploitations et des ressources naturelles ;


L’important à retenir, la délégation a compris que la mobilisation communautaire est importante et déterminante dans les actions à entreprendre. Il ne faut pas toujours attendre l’aide de l’extérieur, le vrai développement commence d’abord par ses propres moyens.


  
twitter avec nos hashtags

Actualités

toutes les actualités
  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire