Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

L’agriculture familiale comme moyen sûr pour garantir la production alimentaire durable


La sécurité alimentaire repose grosso modo sur trois piliers : (i) la disponibilité d’une alimentation en quantité et qualité suffisante, (ii) l’accessibilité aux ressources alimentaires et (iii) leur bon usage . Elle soulève des questions diverses, notamment celle de savoir si la production alimentaire permettra de soulager de la famine entre 800 et 900 millions de personnes, mais la durabilité n’est pas toujours évidente.
L’agriculture familiale va au-delà de la sécurité alimentaire en s’appuyant sur le contrôle des savoirs et savoir-faire de production et de gestion des produits alimentaires.
Pour définir l’agriculture familiale, nous retiendrons deux aspects fondamentaux qui garantissent la durabilité à savoir :
-* Le lien profond au cours des temps, entre la terre et une famille qui l’exploite ;
-* La combinaison des dimensions économiques, environnementales dans l’exploitation familiale permet de garantir la durabilité de la sécurité alimentaire.
A l’occasion du lancement officiel de la célébration de l’AIAF 2014, à New York le 22 novembre 2013, le Directeur général de la FAO, M. José Graziano Da Silva a mis l’accent sur l’énorme potentiel productif des agriculteurs familiaux en disant : "En choisissant de célébrer cette année, nous reconnaissons que les agriculteurs familiaux sont des figures de proue dans la double urgence à laquelle est confronté le monde aujourd’hui : améliorer la sécurité alimentaire et sauvegarder les ressources naturelles, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le développement, au débat sur l’Agenda de développement post 2015 et au Défi Faim Zéro".
En nous appuyant sur cette déclaration, nous revenons sur le lien effectif entre l’agriculture familiale et la sécurité alimentaire durable.
En effet, dans la littérature, la durabilité en termes simples se réfère à la conduite des activités en vue de satisfaire les besoins humains d’aujourd’hui sans compromettre la capacité des générations futures de faire de même. Il est généralement admis qu’il existe trois piliers de la durabilité - environnementaux, économiques et sociaux. Le consensus admet que la durabilité de l’environnement est la plus déterminante des trois.
L’agriculture familiale occupe une place centrale, en particulier dans la production alimentaire durable car elle intègre les dimensions économiques, sociales, culturelles, environnementales et spirituelles. Ce potentiel aux solutions multiples lui permet de répondre au double défi : nourrir le monde et soigner la planète.


Sur le plan économique, le secteur agricole, dominé par l’agriculture familiale est l’épine dorsale des économies africaines comme en témoigne sa contribution au PIB par habitant, la proportion de la population qu’il emploie, sa contribution à la production alimentaire locale et la production de matières premières pour l’industrie. En effet, 70% de la nourriture mondiale provient des agriculteurs familiaux. Les analyses confirment que la croissance du PIB due à l’agriculture est trois fois plus efficace dans la réduction de la pauvreté, que la croissance du PIB générée par d’autres secteurs. Les analyses confirment également que les petites exploitations familiales sont plus productives et durables par unité de terre et d’énergie consommée.
En Afrique, l’agriculture représente environ 32% du PIB, en moyenne. On estime que 70% de la population dépend de l’agriculture pour l’emploi à temps plein et beaucoup d’autres dépendent de l’agriculture pour une partie de leur revenu. Avec l’agriculture familiale, les pauvres des zones urbaines profitent de la croissance agricole grâce à la proximité de la nourriture abondante.


Sur le plan social, les valeurs sociales de la propriété collective et le partage des biens de production naturels (les semences, la terre, l’eau, les forêts, etc.) sont biens organisées au sein des familles et des communautés agricoles. Un sentiment d’appartenance collective impose une obligation morale/sociale pour une bonne gestion des ressources naturelles (terres, semences, les ressources en eau, les forêts, etc.), des connaissances et des pratiques culturellement acceptables. Un sens de la responsabilité en ce qui concerne l’alimentation familiale et communautaire, rend les familles agricoles plus résistantes à l’évolution défavorable des prix du marché. La place de la femme dans l’agriculture familiale, depuis le champ à l’assiette, constitue une autre garantie de la durabilité alimentaire. En effet, selon UNIFEM (ONU FEMMES), 60-80% de la population agricole active dans les pays en développement sont des femmes.


Sur le plan environnemental, l’agriculture familiale est essentiellement écologique (à l’exception des cultures d’exportation comme le coton, le caoutchouc, le cacao, le thé, etc.) Il existe une relation spéciale entre les communautés agricoles et l’environnement naturel sur la base de la culture et des pratiques qui améliorent la propension vers une gestion responsable du capital naturel et des actifs productifs. Par exemple, les sites sacrés (sites fluviaux, forêts, etc.), les jours mis de côté dans une semaine au cours de laquelle le travail de la terre est interdite car les ancêtres sont censés être dans les champs, les fêtes de la moisson pour remercier la nature et les ancêtres pour les bonnes récoltes, les cérémonies de bénédiction des semences, etc.


La gestion responsable du capital naturel et des actifs productifs est encore renforcée par un sentiment de solidarité entre les générations. Les familles et les communautés agricoles ressentent moralement la responsabilité de prendre soin, d’améliorer et de transmettre aux générations futures, ce dont ils ont hérité de leurs ancêtres.
En outre, les familles agricoles sont les gardiens de la diversité génétique (semences). L’agriculture familiale est un moyen de conservation des semences et races animales locales adaptées à l’environnement en mutation. Elle permet d’éviter les menaces auxquelles fait face la diversité alimentaire . En effet, Sur 7000 espèces végétales recensées le long de l’histoire, plus de 150 espèces sont commercialisables, 30 d’entre elles seulement apportent 90% des calories, quatre uniquement (riz, pomme de terre, blé et maïs) apportent plus de la moitié des calories dans le monde.


Contribution d’ Inades-Formation à l’atelier sur l’agriculture Familiale organisé par le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS), le jeudi 24 Avril 2014.


  
twitter avec nos hashtags

  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire