Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Des acteurs du secteur agricole sensibilisés aux risques d’utilisation des OGM

Des acteurs du secteur agricole ainsi que des organisations professionnelles agricoles ont été sensibilisés, mardi aux risques d’utilisation des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), lors d’un atelier organisé au centre culturel Koko de Bouaflé.

Ce séminaire initié par la Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain (COPAGEN) vise à informer le monde du secteur agricole de la Marahoué sur les enjeux des OGM et du cadre communautaire de biosécurité dans la sous région.

Le chargé de programme à la COPAGEN, Sikeli Jean Paul a fait savoir que les OGM créent une dépendance des "petits paysans" vis-à-vis d’une poignée de firmes semencière qui veut s’assurer le contrôle de l’alimentation dans le monde.

"Cela conduirait à l’appauvrissement programmé de ‘petits paysans’ qui devront désormais s’approvisionner en intrants auprès des firmes biotechnologiques", a-t-il fait remarquer, soulignant que les OGM conduisent également à une perte des savoirs et des savoir-faire agricoles des paysans.

Selon M. Sikeli, l’utilisation des OGM a un impact négatif sur la santé humaine et animale avec des risques d’allergénique et d’intoxication.

En outre, il a montré qu’au plan agro écologique, les OGM perturbent les équilibres éco systémique par la possibilité de contamination des plantes non OGM, sous l’effet de la pollinisation.

"L’environnement pourra être atteint négativement avec risque de perte de la biodiversité à cause de l’utilisation des OGM", a-t-il fait savoir, soulignant que sa position est celle de la COPAGEN qui souhaite la promotion de l’agriculture familiale, socle de la sécurité alimentaire en Afrique.

Créée en janvier 2004, la COPAGEN a plusieurs missions, notamment la sauvegarde du patrimoine génétique africain, la gestion des risques liés aux OGM et l’utilisation durable des ressources biologiques africaines.

Source AIP, mercredi 25 septembre 2013


  
twitter avec nos hashtags

  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire