Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Déclaration de Matadi sur le foncier au Kongo central

« Une sécurisation foncière pour une sécurité/souveraineté alimentaire au Kongo Central »


JPEG - 77.6 ko
Lecture de la déclaration par la présidente de la FOPAKO, entourée des autres membres de l’OKCF



Les organisations paysannes et de la société civile, membres de « L’OBSERVATOIRE DU KONGO CENTRAL SUR LE FONCIER en abrégé, OKCF », réunis du 27 au 28 mai 2015 à Matadi dans le cadre de l’atelier de restitution de l’étude diagnostique de la problématique foncière au Kongo Central ont, à l’issu dudit atelier, fait une déclaration.


Dans cette déclaration intitulée « Une sécurisation foncière pour une sécurité/souveraineté alimentaire au Kongo Central » , l’OCKF se dit particulièrement préoccupé au sujet de la situation foncière et agricole qui prévaut au Kongo Central en ce qui concerne l’accès et le partage des ressources naturelles et exprime ses plus vives protestations face à la manière dont l’accès et le partage des ressources foncières sont définis et pratiqués.


L’OCKF s’engage donc avec détermination à exiger la prise en compte des intérêts des communautés locales et à n’avoir de cesse d’agir en tant que mouvements paysans du Kongo Central pour le respect des droits des communautés locales.


Il appelle les gouvernants au niveau national et provincial au respect des engagements internationaux auxquels ils ont souscrit pour la l’accès et la sécurisation des terres et la promotion de la sécurité alimentaire ;
et invite les organisations de producteurs et productrices, les ONG en activités, les organisations de consommateurs à la vigilance permanente pour empêcher la prise en otage de l’agriculture familiale et partant la réduction des paysans et paysannes à la pauvreté et à la misère.


Enfin, l’OCKF fait les recommandations suivantes à l’endroit du gouvernement national, des autorités provinciales et locales, des médias et de la société civile pour une meilleure gestion foncière, respectueuse des droits des communautés locales.


Au gouvernement national  :
Dans le cadre de la Commission Nationale de Réforme Foncière (CONAREF) :

  • Faire pression au niveau de la CONAREF pour l’harmonisation des lois sur le foncier, l’habitat, l’agriculture, la forêt, le minier pour la protection des droits des populations locales.
  • Mettre en place et suivre les mécanismes garantissant la gestion concertée du foncier rural ;
  • Prendre les mesures tant attendues pour adresser le gap entre la constitution, les lois foncières, la coutume et les pratiques locales en matière de droits de jouissance des communautés des terres ancestrales ;
  • Que le droit de propriété des communautés locales soit reconnu et clairement défini au regard de la constitution de notre Etat la République Démocratique du Congo ;


Aux autorités provinciales et locales :

  • Qu’une politique agricole provinciale et locale soit adoptée pour améliorer le droit de propriété et d’usage des populations locales et accompagner les dynamiques paysannes en matières foncière.
  • Qu’un inventaire soit fait sur les terres occupées par les concessions et devenues vacantes suite à la faillite des entreprises nationalisées ;
  • Que les terres soient massivement cadastrées au nom des populations ayants droit (les gardiens de la terre au sens de la loi foncière) afin que soit mis fin au phénomène d’accaparement des terres dans la province par certaines élites nationales.


Aux médias et à la société civile :

  1. Sensibiliser, informer et former les communautés et l’opinion publique sur la sécurisation foncière et le phénomène d’accaparement des terres agricoles pour un éveil de conscience citoyenne ;
  2. Rendre opérationnelle et dynamique l’observatoire sur le foncier auquel nous, organisations de la société civile et organisations paysannes sont membres.
  3. Renforcer les cadres de collaboration entre les médias et les OSC dans la vulgarisation des lois foncières ;
  4. Renforcer les cadres de concertation, réflexion et d’action sur les questions d’accès et de sécurité foncières au niveau national
  5. Assurer le suivi des recommandations de cet atelier.

Notons que la déclaration est signée par les organisations paysannes du Kongo central dont deux coalitions à savoir la FOPAKO qui couvre 12 entités administratives et regroupe 175 unions et OPA ainsi que 2320 associations et , le CRONGD qui regroupe 32 ONG de développement locales.


Lire la déclaration en entier et la liste des signataires


  
twitter avec nos hashtags

  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire