Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Côte d'Ivoire: le Comité National AIAF (PANAFCI) présente le document de propositions de mesures politiques pour le développement de l’agriculture familiale

Dans le cadre de la célébration de l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF 2014) en Côte d’Ivoire, la Plate-forme d’Action Nationale pour l’Agriculture Familiale en Côte d’Ivoire (PANAFCI), composée de plus de 410 organisations issues de différentes catégories socio-professionnelles réparties sur tout le territoire, a édité avec l’appui de ses différents partenaires, un livret sur les propositions de mesures politiques pour le développement de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire. Ce livret a été présenté au public le mercredi 17 décembre 2014.

JPEG - 81.7 ko
Animateurs de la cérémonie
De la droite vers la gauche : M. Biatchon S. modérateur ; Mme Agbassi A. vice présidente PANAFCI ; M. Aka S. Président de la PANAFCI ; M. Baridomo P. représentant le secrétariat technique de la PANAFCI

Le mercredi 17 décembre 2014, au siège d’Inades-Formation à Cocody, la Plate-forme d’Action Nationale pour l’Agriculture Familiale en Côte d’Ivoire (PANAFCI) a procédé à la présentation du livret sur les propositions des organisations de producteurs et de la société civile pour le développement de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire. La cérémonie a enregistré une quarantaine de participants dont les représentants du Ministère de l’Agriculture, du Ministère des ressources animales et halieutiques, des organisations de producteurs, de la société civile et la presse nationale.


Intitulé « Défis, propositions et engagements des organisations de producteurs et de la société civile pour la promotion de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire », le document, élaboré dans le cadre de la célébration de l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF 2014) en Côte d’Ivoire, est le fruit de consultations des producteurs à la base, de leurs organisations et des acteurs d’appui au monde agricole. A l’initiative d’Inades-Formation, après diverses rencontres aux niveaux local et national, un atelier national de recueil et de formulation des propositions et engagements des producteurs et de la société civile ivoirienne a été organisé le 15 juillet 2014 à Abidjan. Cet atelier a permis de faire la synthèse des différentes préoccupations réflexions et propositions à prendre en compte.

JPEG - 22.2 ko
le document de propositions de mesures politiques


Le livret, comme son nom l’indique, fait une analyse des défis de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire et présente des propositions de mesures politiques à adopter en vue de soutenir l’agriculture familiale. Il présente également les engagements des acteurs de la société civile pour contribuer à la souveraineté alimentaire en Côte d’Ivoire.


La cérémonie de présentation publique du document avait pour objectif d’assurer sa vulgarisation et de contribuer à la prise en compte des préoccupations majeures pour la promotion de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire dans les mesures politiques. Lors de la cérémonie de présentation du document, le Président du comité de pilotage de la PANAFCI s’est réjouit de la bonne collaboration avec les différents Ministères en charge des questions agricoles et de l’alimentation. Collaboration qui a favorisé la réalisation des différentes activités dans le cadre de la célébration de l’AIAF, notamment l’organisation de la Journée mondiale de la femme rurale dans le Tchologo et de la Journée mondiale de l’alimentation à Korhogo. Il a rappelé que quatre points fondamentaux résumaient l’importance de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire à savoir :

  • L’agriculture familiale nourrit nos campagnes et nos villes : plus de 80% de la nourriture consommée en Côte d’Ivoire provient des exploitations familiales agricoles ;
  • L’agriculture familiale fait de la Côte d’Ivoire, le premier producteur mondial de cacao. Les prélèvements effectués sur cette spéculation rapporte 40% des recettes d’exportations et 30% des recettes fiscales ;
  • L’agriculture familiale contribue à la réduction de la pauvreté et produit de la richesse : 60% de la population active vit de l’agriculture et contribue au PIB à hauteur de 27% ;
  • L’agriculture familiale assure la production alimentaire et la sauvegarde de la biodiversité, de par ses pratiques agro-écologiques.


« Malgré ces quatre grandes raisons non limitatives attestant de cette importance, le secteur agricole en milieu rural ivoirien (comme nombre de pays africains) exerce une faible attractivité sur les jeunes en quête d’emplois pendant que dans le même temps il est convoité par des entreprises étrangères souhaitant y investir. Les raisons de ce contraste sont surtout la multiplicité des défis auxquels est confrontée l’agriculture familiale ».


Ces défis, présentés dans le document, sont :

  • Le faible accès et contrôle des semences par les petits producteurs
  • la non sécurisation des droits fonciers des petits exploitants agricoles
  • Le Défi du financement de l’agriculture, des exploitations familiales agricoles en particulier
  • Le défi de la valorisation du statut socio-professionnel des petits producteurs et du manque d’intérêt des jeunes pour l’agriculture
  • Le défi de l’amélioration de la rentabilité de l’agriculture familiale


Face à ces défis, non exhaustifs, la société civile identifie trois piliers principaux et prioritaires qui peuvent aider à les relever :

  • Un choix politique clair du développement des systèmes alimentaires en Côte d’Ivoire basé sur l’agriculture familiale, l’élaboration et la mise en œuvre effective de mesures politiques et programmes pour la soutenir.
  • L’engagement politique en faveur des systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire, en tant que moyen d’assurer une alimentation saine et durable pour tous mais également de garantir une vie digne de toutes les composantes sociales ; cela à travers, l’élaboration et la mise en œuvre effective de mesures politiques et programmes pour la soutenir ;
  • L’engagement des parties prenantes dans la promotion des systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale ;
  • La production d’évidences émanant de la recherche et de statistiques fiables. Par ces deux actions, des informations fiables peuvent conduire non seulement à la mise en œuvre des choix mais également à l’évaluation et l’actualisation des choix opérés.


Enfin, l’événement a été l’occasion d’affirmer que « les organisations de producteurs et de la société civile s’engagent à épauler les efforts du Gouvernement ».

Au vu des échanges menés, les représentants du Ministère en charge l’agriculture et celui sur les ressources animales et halieutiques, ont estimé que les préoccupations soulevées dans le document illustrent la réalité.

Notons qu’avant la présentation publique du document, celui-ci a été transmis à différentes autorités administratives et partenaires notamment au Ministère de l’agriculture, au Ministère des ressources animales et halieutiques, à l’assemblée Nationale, à la FAO...

Les étapes ultérieures devront permettre d’assurer le suivi de la mise en œuvre des propositions émises.

JPEG - 80.7 ko
Une vue des participants


Lire le document de propositions de mesures politiques pour le développement de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire


Voir le reportage télé


  
twitter avec nos hashtags

  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire