Espace membre
recherche avancee
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Appui à la décentralisation et au développement local

Projet d’assistance post-conflit

L’enjeu est de contribuer à l’amélioration de l’accès aux services sociaux pour les habitants et les communautés affectées des zones par la guerre. Quelques éléments du contexte

Depuis 2002, la Côte d’Ivoire connait la crise politico-militaire la plus grave de son histoire qui a divisé le pays en deux : la grande moitié Nord contrôlée par la rébellion et la moitié Sud sous le contrôle de l’Etat. Cette situation a désorganisé son système économique et social et l’on peut faire les constats suivants :

  • L’augmentation significative de la pauvreté (plus de 44% des ivoiriens sont pauvres) ;aggravant ainsi la paupérisation, surtout dans les zones Centre, Nord et Ouest
  • Des services de base non fonctionnels, du fait de destruction totale ou partielle ;
  • L’insécurité alimentaire dans certaines parties du pays

Plusieurs accords de sortie de crise ont été signés dont le dernier, et sans nul doute le plus important est celui de Ouagadougou qui semble être porteur de réels espoirs.

En effet, l’Accord Politique de Ouagadougou (APO) a ouvert de nouvelles perspectives pour le processus de paix avec un engagement sur des axes forts comme la réinsertion des ex-combattants, des jeunes à risque et des personnes associées au conflit, l’identification de la population, à travers la modernisation de l’état civil et la reconstruction socio-économique post crise.

Suite à cet accord (APO), le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 19 juillet 2007, un don de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 120 millions de dollars en faveur de la République de Côte d’Ivoire (RCI) pour accompagner pleinement le processus de sortie de crise par la mise en œuvre d’un Projet dénommé Projet d’Assistance Post-Conflit (PAPC).

Ce projet apporte un appui aux principaux facteurs de stabilisation en Côte d’Ivoire en cherchant à soutenir la dynamique de paix générée par l’Accord Politique de Ouagadougou, en contribuant au processus d’identification nationale et en améliorant les opportunités économiques et l’accès aux services sociaux de base en faveur des communautés et individus affectés par le conflit.

L’un des quatre axes stratégiques du projet est la réhabilitation et le rééquipement des infrastructures socio-économiques dans les Communautés (RC) les plus affectées par le conflit ainsi que le renforcement du capital social sur tout le territoire national, notamment en renforçant la capacité d’exécution des organisations de développement à base communautaire.

Objectifs spécifiques du PAPC

  • Conduire une action participative de réhabilitation communautaire des infrastructures de base des communautés affectées par le conflit ;
  • Faciliter l’implication et la collaboration des élus, des autorités administratives et traditionnelles ;
  • Accompagner les communautés à une meilleure responsabilisation, c’est-à-dire la maîtrise d’œuvre de la réhabilitation des infrastructures de base à travers les phases du cycle de projet ;
  • Assurer l’équilibre dans l’accès aux bénéfices sociaux des actions.

Zone d’intervention et public cible Inades-Formation Côte d’Ivoire a été retenu comme Structure d’Appui en vue de l’exécution du volet Réhabilitation Communautaire (RC) au bénéfice des communautés de la région du Zanzan appelée pour la circonstance Zone III. Celle-ci est subdivisée en deux lots. Le lot I couvre les départements de Bouna et de Nassian avec une population estimée à 25 981 habitants, tandis que le lot II concerne les Départements de Bondoukou et de Tanda avec 64 258 habitants.

Pour cette zone, le mandat octroyé à Inades-Formation est la réhabilitation d’infrastructures communautaires au bénéfice de 35 communautés du lot I et 50 du lot II ainsi que le renforcement des capacités des Comités de Réhabilitation Communautaire (CRC) constitués à cet effet en vue de la bonne gestion des infrastructures réhabilitées.

Principales activités réalisées

  • Ciblage de 35 communautés pour Bouna et 50 pour Bondoukou ;
  • Informations et sensibilisation de ces communautés ;
  • Appui à la réalisation de Diagnostics Rapides Participatifs (DRP) ;
  • Appui à la planification de 55 sous-projets ;
  • Appui à l’attribution de marchés ;
  • réhabilitation effective de certaines infrastructures identifiées.

Résultats obtenus A ce jour, 18 infrastructures sont en phase de réhabilitation effective dont 6 à Bouna et 12 à Bondoukou. 2 infrastructures sont totalement achevées (Yezimala et Sorobango) et attendent d’être livrées officiellement aux communautés. Ces infrastructures à réhabiliter concernent les infrastructures scolaires, les infrastructures sanitaires, les points d’approvisionnement en eau potable et quelques routes villageoises stratégiques.

La grande satisfaction reste sommes toutes, la détermination des communautés et l’appropriation du projet par celles-ci.

Aujourd’hui, les communautés concernées par ce projet, savent mener un diagnostic complet sur leur situation, planifier et monter des projets grâce à la formation des Comités de Réhabilitation Communautaire (CRC). Ainsi, les communautés maitrisent la méthode de Passation de marchés communautaires ; savent procéder à l’ouverture de comptes bancaires et à bien d’autres choses. Perspectives

Les actions de réhabilitation effective des infrastructures et de renforcement des capacités des CRC en maîtrise d’œuvre dans la gestion des infrastructures se poursuivront.

Le défi majeur pour la fin du PAPC est l’avenir des CRC. Ce sont de véritables agents de développement dont il faut entretenir les aptitudes par l’introduction de nouveaux projets complémentaires au PAPC.

En outre, Inades-Formation capitalisera et consolidera toutes les expériences acquises sur la réhabilitation communautaire. Cela permettra de tirer les enseignements et les exploiter pour d’autres projets similaires.

Participation à l’atteinte des OMD à travers des initiatives de lutte contre la pauvreté

L’enjeu est d’orienter, à partir d’une analyse rétrospective des actions menées antérieurement, les interventions du PNUD en prenant en compte les priorités nationales en matière de lutte contre la pauvreté, définies dans le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (DSRP), et les axes conjoints d’appui du Plan cadre des Nations Unies pour la coopération au développement (United Nations Development Assistance Framework-UNDAF) sur la période 2009-2013 en se focalisant sur les avantages comparatifs du PNUD.

Quelques éléments du contexte

A la faveur du relèvement socio-économique des populations affectées par la crise de septembre 2002, la représentation de PNUD Côte d’Ivoire conduit depuis 2009, le programme d’appui à la réduction de la pauvreté et à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (PARP/OMD). Les activités du PARP/OMD sont articulées autour de trois principales composantes :

  • Composante 1 : Appui institutionnel pour le Renforcement des capacités de planification, de coordination et de suivi-évaluation des actions de lutte contre la pauvreté au niveau national et au niveau des collectivités territoriale ;
  • Composante 2 : Appui à la relance et à la diversification des activités au profit des Communautés, des femmes et des jeunes et appui au développement de la micro-entreprise locale ;
  • Composante 3 : Facilitation de l’accès à l’eau potable, aux services énergétiques et à la gestion durable des ressources naturelles.

Inades-Formation Côte d’Ivoire a été retenu comme un partenaire pour l’exécution de la composante 2. Il s’agit également de faire un accompagnement quotidien des populations ou organisations bénéficiaires des appuis tant dans la formulation des projets que dans leur mise en œuvre. Zone d’intervention et public cible

Le programme touche les populations les plus vulnérables, notamment les jeunes, les femmes regroupés en organisations communautaires de base dans les 10 pôles de développement tel qu’indiqué par le Ministère du Plan et du développement. C’est-à-dire toute l’étendue du territoire national. Inades-Formation Côte d’Ivoire partenaire d’exécution travaille sur la partie sud qui comprend les régions administratives du Sud Comoé, des lagunes, du Sud Bandama et du Bas-Sassandra. Activités du programme

De manière spécifique, Inades-Formation Côte d’Ivoire a en charge les activités suivantes :

  • Réalisation de diagnostics participatifs avec les organisations bénéficiaires ;
  • Formulation de requête de financement avec les organisations bénéficiaires et le soutien de la collectivité territoriale ;
  • Participation aux missions de validation des requêtes de financement par le PNUD auprès des bénéficiaires ;
  • Appui-conseils aux comités projets pour l’approbation des requêtes de financement ;
  • Accompagnement de la dynamique organisationnelle pour la conduite des projets
  • Suivi et évaluation des activités.

Résultats obtenus

La mise en œuvre de la phase pilote a permis à Inades-Formation Côte d’Ivoire de proposer quatre requêtes de financement. Il s’agit de :

  • Le projet d’autonomisation des femmes démunies de la commune d’Abobo ;
  • Le projet de production et de commercialisation d’huile de palme par la coopérative Dabou Moun ;
  • Le projet de production et de commercialisation de champignon par la FESAAP (Femmes solidaires pour l’action et l’autopromotion) ;
  • Le projet de commercialisation et de transformation du fruit de la passion par le groupement WARIKO.

A l’issue du comité projet du mardi 08 juin 2010, seul le projet de production et de commercialisation de champignons a été retenu pour bénéficier du financement. Les autres projets, après observations, doivent être renforcés pour être au prochain comité.
Le projet retenu sur la production et commercialisation de champignons concerne directement 42 femmes et de manière indirecte 270 personnes de l’association des femmes solidaires pour l’action et autopromotion (FESAAP).

Perspectives

Les initiatives engagées pour la mise en œuvre du projet sont très avancées. Après la signature des conventions d’une part, entre le PNUD et la FESAAP pour l’acquisition des biens de production et de commercialisation, d’une part, et entre Inades-Formation Côte d’Ivoire et le PNUD relative à l’accompagnement de la dynamique, d’autre part, il s’agira :

  • d’assurer la mise en place du projet sur le terrain ;
  • de faire des appuis-conseils à la production et à la commercialisation des champignons ;
  • d’accompagner la dynamique des acteurs avec l’assistance du Conseil Général de Dabou.

  
twitter avec nos hashtags

Actualités

toutes les actualités
  • INADES-Formation
  • Rue C 13 Booker Washington
  • 08 BP 8 Abidjan 08
  • Tél.(225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30

Newsletter

Se désinscrire